Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Lune rouge

Images et mots d'un monde superbe et féroce

Le champ de naviots (Gaston Couté)

Publié le 30 Novembre 2010 par Macco Argiolas in Poésie, Grands auteurs, Gaston Couté, Peuple, Gérard Pierron, Chanson

[L'histoire d'un homme qui vit et cultive un champ de navets toute sa vie... Un texte de Couté d'une ironie violente et dans un français patoisant. Le thème aurait pu inspirer Brassens pour sa chanson "Pauvre Martin".]
____
 
Le champ de naviots
 
 
L’matin, quand qu’j’ai cassé la croûte,
J’pouil’ ma blous’, j’prends moun hottezieau
Et mon bezouet, et pis, en route !
J’m’en vas, coumme un pauv’ sautezieau,
En traînant ma vieill’ patt’ qui r’chigne
A forc’ d’aller par monts, par vieaux,
J’m’en vas piocher mon quarquier d’vigne
Qu’est à couté du champ d’naviots !
 
Et là-bas, tandis que j’m’esquinte
A racler l’harbe autour des " sas "
Que j’su’, que j’souff’, que j’geins, que j’quinte
Pour gangner l’bout de pain que j’n’ai pas …
J’vois passer souvent dans la s’maine
Des tas d’gens qui braill’nt coumm’ des vieaux ;
C’est un pauv’ bougr’ que l’on emmène
Pour l’entarrer dans l’champ d’naviots
 
J’en ai-t-y vu d’pis l’temps que j’pioche !
J’en ai-t-y vu d’ces entarr’ments :
J’ai vu passer c’ti du p’tit mioche
Et c’ti du vieux d’quarter’ vingts ans ;
J’ai vu passer c’ti d’la pauv’fille
Et c’ti des poqu’s aux bourgeoisieaux,
Et c’ti des ceux d’tout’ ma famille
Qui dorm’nt à c’tt’ heur dans l’champ d’naviots !
 
Et tertous, l’pèsan coumme el’riche,
El’rich’ tout coumme el’pauv’ pèsan,
On les a mis à plat sous l’friche ;
C’est pus qu’du feumier à pesent,
Du bon feumier qu’engraiss’ ma tarre
Et rend meilleur les vin nouvieaux :
V’là c’que c’est d’êt’ propriétare
D’eun’vigne en cont’ el’champ de naviots !
 
Après tout, faut pas tant que j’blague,
Ca m’arriv’ra itou, tout ça :
La vi’, c’est eun âbr’ qu’on élague …
Et j’s’rai la branch’ qu’la mort coup’ra.
J’pass’rai un bieau souèr calme et digne,
Tandis qu’chant’ront les p’tits moignaux …
Et quand qu’on m’trouv’ra dans ma vigne,
On m’emport’ra dans l’champ d’naviots !
 
 
 
Commenter cet article